« Il y a un an, le Père Jacques Hamel était assassiné »

Déclaration de Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence des évêques de France

Le 26 juillet prochain, il y aura un an que le Père Jacques Hamel était assassiné dans l’église de St-Etienne-du-Rouvray alors qu’il célébrait la messe. Ce fut un de ces évènements impensables qui laissent sans parole et qui deviennent porteurs d’un grand témoignage, source de leçons pour tous.

La communauté chrétienne, et bien au-delà d’elle, la société française, se souvient. Nous ne voulons pas oublier ses proches, sa famille, les autres victimes, sa paroisse, meurtris dans leur affection profonde et les liens humains. Sa sœur Roseline a pu dire : « Jacques, mon frère, était avant tout un homme parmi les hommes. »

C’est cet homme parmi les hommes qui a été tué. C’est cet homme parmi les hommes, ce prêtre, qui est devenu symbole d’une vie vécue les uns avec les autres, les uns pour les autres, une vie de fidélités quotidiennes, une vie enracinée dans l’amour de Celui qui s’est fait l’un de nous par amour, le Christ. Une telle vie devient un modèle et un encouragement pour tous.

Dans quelques jours nous fêterons le 15 août, la fête de l’Assomption de Marie, une fête qui nous rassemble nombreux au milieu de l’été. C’est un jour où nous prions particulièrement pour notre pays. Je vous invite à la prière pour la France. Demandons au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, de faire se lever beaucoup d’hommes et de femmes qui dans leur vie ordinaire vivent pour les autres et avec les autres. Que la fraternité tant désirée devienne une réalité. Qu’elle inspire nos choix personnels et les choix de ceux qui exercent des responsabilités de quel qu’ordre qu’elles soient.