MISSION OUVRIÈRE

www.mission-ouvriere.info

Secrétariat diocésain : 20 rue Colombeau, 03000 Moulins
Délégué diocésain : P. Michel SAINT-GÉRAND

La révolution industrielle ayant conduit à la naissance et au développement du monde ouvrier, l’Église catholique a cherché un certain temps la manière de témoigner de l’Évangile auprès de ces populations. L’encyclique Rerum novarum, publiée par le pape Léon XIII en 1891, fondatrice de la doctrine sociale de l’Église, a été l’un des piliers fondateurs de ce qui deviendra bientôt la pastorale en monde ouvrier.
C’est la création de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), en Belgique en 1926 par le Père Joseph CARDJIN, qui a ouvert la voie à une pastorale en milieu ouvrier, notamment en France, avec le Père Georges GUÉRIN. Dans le sillon de la JOC, sont nées l’Action Catholique des Enfants (ACE) et l’Action Catholique Ouvrière (ACO). Puis, prenant racine dans les événements de la Seconde guerre mondiale, d’autres manières d’assurer la présence de l’Eglise en milieu ouvrier se sont développées, notamment avec les prêtres-ouvriers.

En 1957, l’épiscopat français a créé la Mission ouvrière, au niveau diocésain et au niveau national, avec le Secrétariat national de la Mission ouvrière, dans le but d’une « évangélisation privilégiée du monde ouvrier » et « pour coordonner l’activité des organismes voués à l’apostolat du monde ouvrier, susciter toutes les initiatives et collaborations nécessaires ». Composé de prêtres, de religieux et de laïcs, ce secrétariat national travaillait en lien avec le Comité épiscopal de la Mission ouvrière. Il a permis aux évêques français de suivre les mouvements et les groupes de la pastorale en milieu ouvrier et ainsi favoriser une certaine unité de cette pastorale.

Depuis, la pastorale en milieu ouvrier s’est peu à peu ouverte à l’ensemble du monde du travail et, parallèlement, à l’ensemble des milieux populaires, des populations touchées par toutes formes de pauvretés. Par ailleurs, les mouvements et les groupes de cette pastorale en milieux populaires collaborent toujours davantage, en particulier dans leur réflexion sur le contexte et sur leurs pratiques. Pour cela, ils s’appuient en particulier sur la Mission ouvrière dont le rôle est également d’établir des partenariats avec d’autres instances d’Église (pastorale des migrants, service des relations avec l’Islam…)