Le sens de l’institution du lectorat et l’acolytat

Le 7 octobre 2021 au séminaire d’Orléans, Foucauld Pommier, Serge Saint-Hilaire et Menchiny Séjourné vivront une étape importante de leur formation puisqu’ils seront institués lecteurs et acolytes en préparation au diaconat.

Lectorat et acolytat sont deux « ministères institués », c’est-à-dire des fonctions particulières conférées par l’évêque, de manière définitive, à un laïc, au service de la Parole de Dieu ( le lecteur ), et au service de l’autel ( l’acolyte ).

En préparation au diaconat, le futur institué doit recevoir les ministères de lecteur et d’acolyte et les exercer pendant un temps suffisant pour se préparer à sa future fonction de la Parole et de l’Autel.

Le lecteur est institué pour la fonction, de lire la parole de Dieu dans l’assemblée liturgique pour inviter ses frères à se mettre toujours plus à l’écoute de la Parole de Dieu, à en vivre.

« Le lecteur devra acquérir davantage chaque jour l’amour profond et la connaissance de la sainte Écriture, grâce auxquels il deviendra plus parfaitement le disciple du Seigneur » (Motu proprio “Ministeria Quaedam”, Paul VI, 1972).
Lors de l’institution : l’évêque remet entre les mains du lecteur le livre de la Sainte Écriture en disant : « Recevez le livre de la Sainte Écriture et transmettez fidèlement la Parole de Dieu : qu’elle s’enracine et fructifie dans le cœur des hommes ».

Avec le lectorat, le futur diacre doit tendre de toutes ses forces à acquérir davantage chaque jour l’amour profond et la connaissance de la Sainte Écriture.

L’acolyte est institué pour servir de ministre au prêtre. Il lui revient donc de s’occuper du service de l’autel, d’aider le prêtre dans les fonctions liturgiques et principalement dans la célébration de la messe ; il lui appartient en outre de distribuer la sainte communion, en tant que ministre extraordinaire. L’acolyte est au service de l’autel, pour mieux tourner les regards des fidèles vers le Corps du Christ et les entraîner encore et toujours à s’en nourrir.

« L’acolyte, destiné particulièrement au service de l’autel, doit s’initier à tout ce qui se rapporte au culte public de Dieu et s’appliquer à en pénétrer le sens intime et spirituel : il pourra ainsi s’offrir chaque jour tout entier à Dieu et être pour tous, dans la maison de Dieu, un exemple de dignité et de respect ; il doit enfin porter un amour sincère au Corps mystique du Christ, c’est-à-dire au peuple de Dieu, et particulièrement aux faibles et aux malades » (Motu proprio “Ministeria Quaedam”, Paul VI, 1972).
Lors de l’institution : l’évêque remet entre les mains de l’acolyte une patène et un calice en disant : « Recevez ce pain et cette coupe de vin pour la célébration de l’eucharistie, et montrez-vous digne de servir la table du Seigneur et de l’Église ».

Avec l’acolytat, le futur diacre doit s’initier à tout ce qui se rapporte au culte et porter un amour sincère au peuple de Dieu, particulièrement aux faibles et aux malades.

Continuons à prier pour les vocations.

 

Père Pierre Marminat

RDFM Moulins

 

Messe en direct

Jeudi 7 octobre 2021, à 18h30, messe en l’honneur de Notre Dame de l’Espérance présidée par Mgr Jérôme BEAU, archevêque de Bourges.
Durant la messe seront institués lecteurs et acolytes: Foucauld, Serge et Menchiny pour le diocèse de Moulins.