Retour sur le Bishop Tour

À son arrivé en 2013 Mgr Percerou a visité l’ensemble des paroisses du diocèse. Après l’avoir terminé, il a lancé, fin 2016, le Bishop Tour.

 

Le but initial de cette démarche était d’aller à la rencontre des jeunes du diocèse qu’ils soient catholiques ou non, dans leur vie de tous les jours. Cela a été l’occasion pour Mgr Percerou de se mettre à l’écoute du monde des jeunes et de ce qu’ils vivent.

La dernière étape du Bishop Tour s’est déroulé dans le doyenné de Moulins et a clôturé l’ensemble des visites des doyennés du diocèse. La messe de clôture a eu lieu ce dimanche 29 avril en la cathédrale de Notre-Dame de Moulins.

Ces rencontres aussi enrichissantes que constructives ont pu être l’occasion pour les nombreux interlocuteurs* présent de changer de regard sur l’église…

 

*Les interlocuteurs : le CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) , des proviseurs, des juniors associations, des profs aussi bien de boxe que de prépas. Des étudiants, des scouts, des jeunes pro, des collégiens et des lycéens. De jeunes pompiers et gendarmes. Des jeunes accueillis dans des structures médico-sociales et des réfugiés de pays en guerre, etc

Des jeunes désabusés

je n’en n’ai pas rencontré !

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter la page Facebook de la pastorale de jeunes en cliquant ici

Extrait de l’homélie de la messe de clôture


Je voudrais vraiment que ce dimanche soit jour de fête et de joie parce que nous rendons grâce à Dieu pour toutes les rencontres que j’ai faites durant plus d’une semaine de ces nombreux jeunes et de leurs responsables, dans une belle diversité. Oui, vraiment, je voudrais déjà exprimer ma joie et dire à ces jeunes et à ceux qui les accompagnent combien ils m’ont émerveillé ! Les jeunes nous sont parfois présentés comme désabusés, peu motivés, sans espérance… Et nous avons vite fait de penser que lorsque nous avions leur âge, nous étions quand même plus battant ! Ce n’est pas pour flatter ceux qui sont dans cette cathédrale ce matin, mais des jeunes désabusés je n’en n’ai pas rencontré ! J’ai rencontré des jeunes très divers, certains, c’est vrai, en difficulté, porteurs d’un handicap, inquiets pour leur avenir, d’autres conscients de leur chance d’être bien-portant et de disposer de ce qui leur fallait pour bien grandir… Mais aucun n’était désabusé ! Tous, grâce aux adultes qui sont à leurs côtés : éducateurs, enseignants, animateurs d’aumônerie, chefs et cheftaines scouts, sans oublier leurs parents, ils essaient d’avancer, ils veulent réussir, ils demandent qu’on les encourage et leur fasse confiance et ils sont capables, pour les plus âgés, de mettre en œuvre des projets, de préparer leur avenir, pour le service du bien commun, au cœur d’une société qui pousse à l’hyper consommation et à l’individualisme. Alors, oui, sans nier les difficultés et les jeunes en souffrance que j’ai pu écouter au cours de certaines de mes rencontres, nous n’avons pas à désespérer des jeunes mais plutôt à nous laisser bousculer par eux. Et, avant d’entrer plus avant dans notre parabole de la vigne, et parce qu’il y a parmi nous des jeunes et des accompagnateurs de jeunes qui ont été invités à cette célébration et qui ne partagent pas nécessairement notre foi, je voudrais leur dire merci d’abord pour leur présence ce matin, ensuite pour leur accueil, leurs témoignages et les belles leçons de vie qu’ils nous ont partagé.